• AUJOURD'HUI ON MANGE GRAS : TSIKNOPEMPTI

    AUJOURD'HU<wbr />I ON MANGE GRAS : TSIKNOPEMP<wbr />TI

    Par Para thenes

    Nous sommes encore en pleine période de carnaval. L'apogée se termine très bientôt par des carnavals en peu partout en Grèce, en particulier, Patras le plus fameux, Nikia (Athènes) ou Drama (nord de la Grèce) le dernier dimanche. Nous sommes en ce moment en pleine période d'Apokria qui désigne une période de trois semaines avant le lundi Pur (lundi de carême, début du carême orthodoxe).
     
    Aujourd'hui c'est un peu Mardi gras, sauf que nous ne sommes mardi mais bien jeudi. On ne mange pas des crèpes ou des beignets comme en France, mais de la viande. Bientôt il ne sera plus possible pour ceux qui suivent le carême à la lettre de manger de la viande, oeufs, fromage et autres laitages car les Grecs, carême oblige.
     
    Deuxième jeudi de la période du carnaval, c'est Tsiknopempti, pendant la semaine dite "kreatini" (de la viande). Alors ce soir en début de soirée, assez tard comme ils en ont l'habitude, les Grecs se ruent dans les tavernes, quasiment impossible de trouver des tables de libre ! Ils mangent des cotelettes d'agneau ou des côtes de porc grillées, délicieux au feu de bois bien sûr ! Et comme d'habitude on verra des tables remplies de denrées diverses, nous tombons dans l'excès. On s'en met plein la panse ! On boit du vin, on mange, on danse et on rit.
     
    Dans les villages, les enfants, les plus jeunes et parfois les plus anciens aussi se déguisent et hantent les rues en hurlant et faisant peur à la population.
     
    Trois semaines où il n'y plus aucune restriction alimentaire, on mange de la viande même le mercredi et le vendredi. La tradition exige ce soir de griller de la viande, mais de la viande avec un peu de gras, qui brûle et fume (d'où le nom de cette journée) et embaume le voisinage. A Athènes, aujourdh'ui la place Kotzia et le marché central d'Athènes de Varvakeio grillait sa viande et l'offrait aux passants. Journée de partage et de fête : "glenti".
     
    Comment me suis-je débrouillée cette année pour oublier Tsiknopempti ? J'arrive à la maison et ma fille me dit : on fait un barbecue ce soir ? C'est alors que je me suis souvenue de cette journée spéciale. Comment peut-on oublier des occasions comme celle-ci, être en famille, partager, rire.
    Heureusement, ici il est facile de trouver à tout heure de la viande, je vais de ce pas chercher tout ce qu'il nous faut dans notre boucher-épicier-kiosque du coin. Le feu de bois allumé, on va pouvoir encore en fois cette année célébrer cette belle soirée.
     
    Cette année, c'est décidé nous irons admirer le dernier dimanche de carnaval, le 1er mars, la grande parade de Moschato, un quartier proche du Pirée. Il faut que j'aille aussi à celui de Patras, mais pas cette année, une autre fois peut-être. Il suffit de se décider.
     
    Alors je vous souhaite à tous et à toutes un très Tsiknopempti ! et ne mangez pas trop !

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :