• Google Maps ajoute l'information trafic à ses cartes

    Google Maps ajoute l'informat<wbr />ion trafic à ses cartes

    Le service de cartographie de Google affiche l'état du trafic à Paris, Lyon, Toulouse et sur les autoroutes de France. Avec une précision supérieure à celle de Sytadin et de V-Trafic.

    Bonne nouvelle pour les automobilistes, un nouveau service gratuit d'information trafic est à leur disposition sur Internet. Un service qui mérite l'attention, car son éditeur n'est autre que le tout-puissant Google.
    Son service cartographique, Google Maps, permet depuis le 11 février de visualiser l'état du trafic en temps réel sur le réseau autoroutier français mais aussi à Paris, Lyon et Toulouse. La fonction est accessible en cliquant sur l'onglet Trafic qui figure sur la fenêtre d'affichage des cartes.
    Google Maps Trafic séduira sans doute les automobilistes confrontés à l'indisponibilité chronique des sites concurrents aux heures de pointe, tel Sytadin pour la région parisienne, grâce aux temps de réponse record de Google.
    Le service bénéficie également des atouts de Google Maps : affichage du nom des rues, zoom extrême, navigation par glissement de la souris... Des fonctions que l'on retrouve sur V-Trafic (qui intègre Google Maps), mais absentes chez Infotrafic. Les informations sont mises à jour toutes les 3 minutes sur Google Maps ; on regrettera juste l'absence dans la fenêtre de visualisation d'un horadatage, qui permettrait de s'assurer de la fraîcheur de l'information trafic.
    Google Trafic comble les zones grises
    Mais Google Maps Trafic se révèle aussi plus précis que ses concurrents. A Paris ou à Lyon, les informations sur la circulation sont parfois indisponibles sur certains axes, sur Sytadin, V-Trafic ou Infotrafic (portions de routes grisées). Elles apparaissent pourtant sur Google Maps, comme le montrent les captures en fin d'article.
    Les informations de circulation sont fournies à Google par Autoroutes Trafic, une société dont les opérateurs d'autoroute sont actionnaires et qui collecte les données de trafic auprès d'une vingtaine de sources (sociétés d'autoroute, Ville de Paris, directions interdépartementales des routes [DIR]...).
    S'agissant du trafic parisien, Autoroutes Trafic fait appel aux mêmes sources que Sytadin et consorts. « Nous récupérons les données des capteurs de la Ville de Paris et les informations du service interdépartemental d'exploitation routière », précise son directeur, qui ne peut expliquer les axes grisés chez ses concurrents dans des zones où les capteurs sont en état de marche. « Nous ne faisons aucune extrapolation dans ces zones, nous n'inventons pas de données là où il n'y en a pas ! » affirme-t-il. Sytadin, géré par la DIR d'Ile-de-France, n'était pas joignable ce jour pour éclairer ce point.


  • Commentaires

    1
    Malis
    Mercredi 18 Février 2009 à 00:21
    C'est tr?utile !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :