• Notre voyage Par trankilousbus88

    Notre voyage

    Par trankilousbus88

    Croatie , Monténégro, Kosovo et Grèce (Naxos) !!

     Apres plusieurs séjour dans la méditerranée, nous partons pour Viganj sur l’île de Prejelsac, réputée pour le vin et la planche a voile. Nous passons 5 jours à Viganj et alentours, avec excursion sur l’ile de Korcula, presque atteignable en planche a voile depuis Viganj pour les plus motivés.

    Puis nous mettons le cap au sud pour clôturer notre virée en Croatie en beauté avec une halte a Dubrovnik, ville absolument magnifique et reconstruite en un temps record par les croates après la guerre.

    Ensuite, changement radical de décor : après les îles et la dolce vita croate, place aux montagnes du Monténégro, avec tout d’abord la visite du parc national de Biogradska au nord du pays. Nous constatons assez rapidement que les cartes ainsi que les indications des sentiers de randonnée dans le parc sont très approximatives voire parfois complètement fausses, mais bon après quelques heures de navigation à la boussole et à l’instinct, nous arrivons à retrouver notre campement au bord du lac. Apres les forets primaires de Biogradska, nous nous dirigeons ensuite vers le parc national de Durmitor, beaucoup plus montagneux et assez similaires aux paysages suisses. Cette fois-ci c’est la neige qui nous empêche de rejoindre le sommet. Ceci étant, le site est très paisible, peu touristique et absolument magnifique, les gens sont très accueillants. Bref ça vaut définitivement le détour.

    Apres le Monténégro, nous entamons la grande traversée de la Serbie et du Kosovo. Et alors la, c’est l’enchaînement infernal : contrôles de police fréquents au Monténégro, douane monténégrine et serbe, contrôles de police serbes, Checkpoint des Nations Unies avant d’entrer au Kosovo, « douane volante » qui marque la frontière tacite de la partie serbe (orthodoxe) et de la partie albanaise (musulmane) du Kosovo, et re-check point ONU. Bref, plus de cinq heures pour rejoindre Pristina à moins de 200 kms de notre point de départ ! Mais ceci dit la traversée s’est déroulée sans encombre et tous les douaniers, flics et militaires rencontrés étaient beaucoup plus aimables que les douaniers franco-suisses et nous lancaient souvent un « have a good trip » quelquefois en regardant notre bus avec jalousie!

    Nous traçons ensuite jusqu'à Athènes en passant par la Macédoine et nous nous retrouvons au port du Pirée pour embarquer sur le dernier bateau de la journée vers l’île de Naxos, 2 jours après notre départ du Monténégro.

    Et la paf, la première tuile du voyage : alors que nous faisons la queue sur le quai dans le bus pour prendre le ferry dont le départ est prévu 1h30 plus tard, Dahlia en profite pour aller sur internet dans un bar du port. Quelques instants plus tard, Valou embarque avec le bus sur le ferry et réalise trop tard qu’il y a une heure de décalage entre la Grèce et le Monténégro ! Résultat, Dahlia rate le bateau et se retrouve seule à Athènes, sans papiers d’identité et avec 20 euros en poche pour la nuit ! Gloups !

    Heureusement, Ariane et Alex arrivaient en avion à Athènes le soir même, et avait réservé une chambre d’hôtel que Dahlia a squatté avant de prendre le premier bateau pour Naxos le lendemain matin. Bref, après cette première mésaventure, on se retrouve finalement tous à Naxos pour une semaine de planche sur le site de Agios Georgios, petit lagon idéal déniché par Ariane.

    Naxos (suite), Astipalea et Rhodes (Prasonisi)

    Une 2ème semaine très sympa à Naxos avec toute l’équipe du Naxos Surf Club (Anthony, Jérome et Ali) où nous entreposions notre matos, par contre niveau vent on a été que moyennement gâté et  donc nous décidons de partir pour Rhodes vers le cap Prasonisi.

    Pour cela il nous faudra prendre 2 ferries avec une halte d’une journée à mi-chemin sur l’île d’Astipalea. Cette fois personne n’a raté le bateau, bien que quelques minutes encore avant le départ, Yanis le patron du bar de plage « Trata » à Naxos, n’arrêtait pas de nous remettre des tournées de bières arrosées à la tequila !!! C’est pas passé loin !

    Après une escale agréable et reposante à Astipalea, nous arrivons lundi matin à Prasonisi, avec comme comité d’accueil un vent parfait de 6 Beaufort – Ca fait du bien !!!

    C’est aussi la folle journée de Dahlia, qui en l’espace de quelques heures, fracasse le nez d’une de nos planche et enlise le bus dans le sable en installant notre campement sauvage dans les dunes (Dahlia : je rajouterais « sur les indications de Valou » !!!). Résultat : un expert nous réparera notre planche, et un tracteur nous sortira du trou !

    Prasonisi (suite)

    15 jours intensifs de planche à voile avec pas  mal de vent. Bien installés à Prasonisi, nous avons rencontré plusieurs windsurfers-campers de tous âges et plus particulièrement une fine équipe franco-austro-allemande, fidèle du spot de « Praso » depuis plusieurs années. Ce fut donc 2 super semaines passées en compagnie de Brigitte & Hans-Jürgen (wave-riders sexagénaires de l’extrême, à l’aise dans les vagues par force 7 – alias Super Mami & Super Papi), Suzi (Super Mami aussi, grand-mère 3 fois, et tous les jours sur l’eau) et Annick et Stéphane (super windsurfers d’Annecy en vacances pour 2 mois, et que l’on espère bien recroiser l’hiver prochain à La Grave ou à La Clusaz). C’est donc le cœur gros que nous partons de Prasonisi avec l’envie d’y revenir un jour !

    Ah oui, le départ n’a pas été aussi simple… Le séjour s’est terminé comme il a commencé, à savoir par un nouvel ensablement du bus en essayant de partir de notre place de campement, et donc... re-tracteur à la rescousse !

    Le jour même, nous prenons le seul bateau de la semaine pour la Turquie (Rhodes-Marmaris). Après une escale d’une nuit à Marmaris avec camping en ville sur un parking qui s’est avéré être beaucoup trop proche d’une boîte de nuit (calme garanti !), nous prenons la route vers Alacati. Mais tout ça paraissait trop facile : une bonne crevaison et des phares qui ne marchent pas nous ont pimenté le voyage. Heureusement les garagistes turques sont rapides et efficaces, en 2 temps 3 mouvements les problèmes étaient réglés !

    Nous sommes arrivés vendredi soir à Alacati, notre première étape turque avant Istanbul le week-end prochain.

    Karpathos et Crete

    Nous allons faire de la planche sur l’île de Karpathos réputée pour être très ventée. L’île a été largement à la hauteur de sa réputation avec à notre arrivée un comité d’accueil à force 8-9 et certains clubs de planche fermés : « Trop de vent tue le vent ! ». Heureusement le lendemain le vent faiblit à force 7-8 et on a pu plancher au taquet avec notre plus petite voile (3.7 m2)… Après 4 jours de vent baston 24h/24h, avec comme seul refuge le bus secoué par les rafales et une tête comme une soupière, nous décidons de prendre le bateau prématurément pour la Crête.


    Nous arrivons dans l’est de la Crête à Sitia et commençons par quelques jours de visite à l’est et au sud de l’île, avec notamment les très belles plages de Kato Zakros (et ses ruines minoennes), Lendas (réputée pour les tortues… qu’on a pas vu !) et Komos. On enchaine ensuite avec le plateau de Lassithi ponctué de ses multiples moulins à vent d’irrigation et sa grotte de Dikteon (refuge de Zeus pour échapper à son père Chronos… pour les adeptes de mythologie !).

    Finalement nous nous posons à la plage de Kouremenos, près du village de Palekastro, pour faire un peu de windsurf… et la, c’est pas Karpathos, mais presque – force 7 tous les jours mais au moins le vent se calme un peu en soirée et la nuit. On a quand même eu un répit de 2 jours de pétole, et on en a profité pour explorer le littoral en kayak et pêcher à la traine… 2 énormes poissons (voir album photo) !

    Encore une fois nous rencontrons d’autres campeurs-windsurfeurs super sympas, notamment toute une équipe de français habitués du spot - pour certains depuis plus de 20 ans - et qui connaissent tous les bons plans du coin.

    Crête (suite) et Sardaigne


    Après un séjour plus que sympa (et plus que venté) à Palekastro en Crête, nous passons 2 jours a Chania, 2ème plus grande ville et principal centre historique de l’île. Après ce bref interlude culturel (!!!), nous passons notre dernière soirée sur la plage somptueuse d’Elafonisi, ou nous profitons du coucher et du lever du soleil loin des foules de l’après-midi…


    S’ensuit la succession infernale de ferries pour rejoindre la Sardaigne avec une petite halte bucolique au lac de Bracciano au nord de Rome. Le lendemain nous arrivons enfin en Sardaigne où nous rejoignons toute l’équipe à Porto Pollo : Brice, Ariane et Alex, Marc et Nicole pour 10 jours de planche, pêche et kayak… mais surtout pêche et kayak !!! Vous l’avez bien compris, le vent n’était pas souvent au rendez-vous (sauf pour Marc qui naviguait avec son paquebot formula dès le moindre souffle), mais l’endroit est magnifique : camping pied dans l’eau, mer turquoise, odeur de maquis et petits BBQ entre amis nous ont régalé tout au long du séjour.

    Notre voyage dans la méditerranée est maintenant terminée !

     


  • Commentaires

    1
    Roger
    Vendredi 9 Janvier 2009 à 22:27
    Sympa le petit voyage !!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :