• Qu'entendez-vous par la Grece ?

    Qu'entendez-vous par la Grece ?

    Par leptine55

    «Qu'entendez-vous par la Grèce ,
    et vous-mêmes, pour la plupart, êtes-vous grecs ? ».

    (Philippe de Macédoine)

    L?impertinence des propos de Philippe de Macédoine à l'égard des Etoliens conserve aujourd'hui toute sa pertinence pour nous voyageurs dès lors que l'on s'engage dans la découverte d'un pays tel que la Gréce et de son peuple, les grecs.

    D'où provient cette étrange singularité qui fait que ce pays est désigné par un nom qui n'appartiendrait pas à son patrimoine ... Qu'elle est l'origine de cette situation étonnante qui voit, dans toutes ses administrations, services, commerces et médias, ses dénominations internationales disparaîtrent au profit d'Hellas (Ellas) et d'Hellene ?

    Quels liens existent entre Hellé, Hellen et Hélène, Helladiens, Hellên, Hellène et Grecs, La Hellade, Hellas et Gréce ?


    Pour l'amateur d'histoire trouver des réponses satisfaisantes n'est pas aisé. Les embûches en la matière et en ce domaine sont nombreuses. Quelle part accorder à la mythologie de ce peuple et quelle confiance accorder aux historiens ? Difficile d'y voir clair entre ceux certains de leurs théories, ceux qui ne cessent d'émettrent des doutes, ceux qui avouent ne pas trop savoir et font référence à de nombreux prédécesseurs, et les innombrables pseudos historiens chargés d'écrire l'histoire en fonction des besoins du moment.

    Qui sont les « grecs » ?

    Selon leur mythologie, lorsque l'on demandait aux grecs d'où ils venaient, leur réponse était simple : Prométhée, disaient-ils, fils de la Terre, fut le père de Deucalion. Celui-ci régnait sur la Thessalie quand Zeus, irrité des crimes des hommes, envoya un déluge qui fit périr toute la population. Deucalion échappa seul au fléau, avec sa femme Pyrrha, dans un navire qu'il avait construit d'après les conseils de Prométhée. Au bout de neuf jours, l'arche s'arrêta sur la cime du Parnasse. Lorsque les eaux se furent retirées, Deucalion et Pyrrha consultèrent l'oracle de Thémis, qui leur commanda de jeter derrière eux les os de leur grand-mère en se voilant le visage. Deucalion comprit le sens de l'oracle : ils ramassèrent les pierres de la terre et les lancèrent par-dessus leurs épaules. Celles de Pyrrha se changèrent en femmes, celles de Deucalion devinrent des hommes, et la Grèce put se repeupler.
    Ce Deucalion fut l'auteur de la race hellénique, car il eut pour fils Hellên, lequel engendra Doros, qui eut la Grèce centrale ; Eole, à qui échut la Thessalie ; et Xouthos, le père d'Ion et d'Achéos, qui posséda le Péloponnèse.

    Les grecs ne se contentèrent pas de cette descendance. Sans respect pour Deucalion et les moeurs de sa maison, ils firent naître Hellên de Pyrrha et de Zeus ; Pandore, autre femme de Deucalion, eut pareille aventure et fut mère de Graicos. Une fille de Deucalion reçut le même honneur : des oeuvres de Zeus, elle enfanta l'ancêtre des Macédoniens. Les Grecs tenaient à avoir pour auteur de leur race, même des races voisines qui n'étaient qu'à demi hellénisées, celui qu'ils nommaient à bon droit le père des hommes et des dieux.

    Sur cette renaissance de l'humanité courait une autre légende, celle de Prométhée formant l'homme. On savait même de quel limon il s'était servi, et, en Phocide, l'on en montra les restes à Pausanias : c'était la vase que les eaux du déluge de Deucalion avait laissée en se retirant. Les tribus nouvelles dont la Grèce pélasgique devenait le domaine étaient animées d'un esprit plus libre, plus héroïque, accordant moins aux dieux, davantage à l'homme. Le prêtre allait céder la place au guerrier. C'est donc avec justice que les Hellènes mettaient à la tête de leur race, comme père de Deucalion, le Titan qui avait ravi le feu du ciel pour le donner aux hommes et faire, par l'invention des arts, d'une race dégradée la rivale des dieux.

    Aussi Zeus foudroie Prométhée, l'enchaîne au sommet du Caucase et un aigle ne cesse de lui déchirer le foie.

    Concernant la version plausible de l'origine du peuple « grec » qui transpirerait des multiples écrits des historiens , il nous faut d'abord comprendre que les Hellènes (1) désignèrent les tribus issues des contrées septentrionales (3) qui les avaient précédés sur le sol de la Hellade (2) par l'appellation générale de Pélasge. Ce peuple aurait couvert l'Asie Mineure, la Grèce et une partie de l'Italie, où il aurait laissé sa langue, formant ainsi le grec et le latin et quelques uns de ses dieux que les Hellènes et les Italiotes adoptèrent. Le plus ancien oracle de la Grèce était celui de Zeus dodonéen, qu'Homère appelle «le Pélasgique».

    Quand la première vague d'Hellènes formée des Achéens et des Ioniens arrivèrent en Hellade ils furent convaincus par les autochtones, les Helladiens (donc les ex-Pélasges habitant la Hellade !), d'adorer la triple Déesse et de ce fait transformèrent leurs coutumes sociales et devinrent des « grecs » (graicoi : adorateur de la déesse Grise ou Vieille Femme).

    Ce n'est qu'à la seconde vague d'Hellènes formée cette fois-ci principalement par les Doriens que ceux-ci réussirent à imposer leurs coutumes aux autochtones et qu'ils décidèrent que l'ancêtre commun de la première génération qui en résulta (métissage entre Doriens et les autochtones d'alors !) serait Hellen. Hellen n'étant que la forme masculine de la déesse-Lune Hellé ou Hélène.

    Vers ... 1621, les « grecs » devinrent des Hellènes.

    Il est dommage que l'appellation internationale de ce pays n'ait conservé aucun lien avec ses ancêtres ayant vénéré la déesse lune Hélène ! Cela aurait été autrement plus beau et poétique.

    ... je ne sais toujours pas pourquoi les couples «Gréce/grecs» et «Hellas/ Hellènes» co-existent aujourd?hui?

    (1) nom « artificiel » donné par je ne sais qui aux Achéens et Ioniens puis aux Doriens qui vinrent sur le sol de la Hellade après l'arrivée des Pélasge !
    (2) sauf erreur de ma part, la Hellade « primitive » couvrait tout ou partie du Péloponnèse (?), de l'Attique (sûr), de la Thessalie (moins certain).
    (3) Indo-européens, venus d'Asie centrale et désignés sous l'appellation de race aryenne.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :