• Un semestre en grèce, live !

    Un semestre en grèce, live !

    Par nina-groupegreece

    Une bande d'universitaire français par en Grèce pour travail et découverte et à décidez de vous faire partager son voyage en direct ! Rédaction des articles depuis le pays le plus somptueux de la méditerranée.

    ------------------

    Arrivée en Grèce!

     Dimanche 4 Janvier 2009, 11h30, heure locale (GMT+2), aéroport d'Athènes: premier posage de pied sur le sol grec ^^

    Il fait assez beau, temps légèrement couvert, et la température un peu plus haute qu'en france: ça fait du bien d'arriver, car le voyage a été long, et s'est déroulé sur deux jours.

    Après notre arrivée au Pirée (le port d'Athènes ndlr), nous sommes allés nous balader aux alentours...

    Bien que Pirée soit avant tout une zone de transit, notamment pour les touristes qui prennent ferries et bateaux pour se rendre dans les îles grecques, nous avons pu comtempler des panoramas charmants tout au long de notre exploration, ainsi que de très beaux voiliers amarrés au port.

    La team parisienne
    -------
    on défait nos bagages ^^

    Lundi  5  Janvier 2009 : petite journée au centre d'Athènes.

    La ville est plutôt bien entretenue, et le métro est propre et moderne, sans doute grâce aux récents travaux préalables aux JO de 2004.

    Le temps est idéal pour la visite, un soleil légèrement voilé permet d'apprécier pleinement le site tout en ne mourant pas de chaud. En outre, l'avantage de visiter les sites touristiques hors saison se vérifie pleinement. Il y avait certes du monde, mais sans doute beaucoup moins que pendant la saison estivale.

    Nous avons choisi de visiter le site de l'Acropole, qui conserve son charme et sa beauté, malgré quelques échafaudages :

     

    Voici le Parthénon, encore en réparation, mais on voit tout de même très bien :

    Voici les caryatides, statues de femmes servant de colonnes.

    Elles ont apparemment été remplacées par des copies, et placées dans un musée, car la pollution d'Athènes les abîme.Et bien d'autres choses encore: l'ancienne Agora, les temple d'Héphaïstos, des musées...
    Cela nous a pris la journée entière, et encore! Nous n'avons pas tout vu!

    Team Parisienne

    En route pour Delphes, la cité d'Apollon

    Mardi 6 Janvier 2009

    Après un trajet de 2h30 sur les routes de nos amis grecs, nous arrivons à Delphes!

    Quelle aventure, mes amis!
    Apparemment, en Grèce, le fait qu'il y ait des lignes continues semble juste servir à rompre la monotonie des pointillés, car cela n'empêche nullement de doubler. Ces pratiques sont même tellement ancrées que les routes sont assez larges pour que trois voitures y tiennent de front, et dès que l'on colle un peu trop près de la voiture (ou du camion, du tracteur...) de devant, celle-ci s'écarte spontanément sur la droite pour qu'on la dépasse...
    Il est d'ailleurs très fréquent que la bande d'arrête d'urgence soit considérée sur l'autoroute comme une voie normale...
    C'est amusant, mais un peu effrayant, rétrospectivement!

    Et tout au long de la route, j'avais remarqué plein de tout petits monuments religieux, comme des boîtes en fer forgé, avec des croix dessus ou à l'intérieur, et je pensais en toute innocence que dans ce pays très religieux (principalement orthodoxe), ces objets étaient destinés à apporter la protection divine sur les conducteurs...
    Gentille illusion bientôt brisée: il s'agit en réalité de petits monuments élevés en mémoire des personnes qui se sont tuées sur la route...Gloups...
    J'ai vu des centaines de boîtes...ça fait froid dans le dos!

    Bref, parenthèses close: arrivée à Delphes!
    Nous avons choisi l'hôtel Castri: c'est une gentille pension de famille, ils sont très gentils et accueillants, c'était formidable. Et on avait une vue depuis notre chambre...c'était un émerveillement. Démonstration:

    Bien sûr, c'est pas comme si on y était, mais ça donne une idée. C'est vraiment à couper le souffle. Surtout avec ce temps radieux! Le petit vieux qui possédait l'hôtel est venu dans la chambre pour expliquer tout ce qu'on voyait, il a été adorable!

    out de suite après notre arrivée, nous sommes allés aux ruines du temple d'Apollon. Il y avait également un musée. C'est très avantageux en Grèce pour les étudiants, car toutes les entrées sont gratuites! Je n'ai pas payé pour voir l'Acropole, ni pour les ruines de Delphes...super!

    Des panoramas oniriques...       Des ruines imposantes caressées par le soleil...

    Et des reconstructions très réussies de portions de monuments antiques...Un régal absolu pour tout esthète qui se respecte!

    Refermons là notre chapitre sur Delphes...Il y aurait tant à dire et à montrer que je ne peux pas tout mettre!
    Mais j'espère que cet aperçu vous aura plu!

    Quelques jours à Thessaloni<wbr />que

    Mercredi 7 Janvier 2009

    Derniers préparatifs de départ à Delphes, et en route pour Thessalonique !

    Très longue route pour arriver à destination, le voyage s’est révélé très fatigant, surtout qu'il pleuvait beaucoup. Et dire que nous étions venus en Grèce pour fuir le temps maussade de Lorraine...Dans le mille...

    Nous arrivons en début de soirée, épuisés, toujours sous une pluie battante.

    La circulation au centre ville est assez catastrophique, très difficile de trouver une place pour se garer !

    Mais une fois à l’hôtel…ouf ! Que c’est bon de se reposer un peu !

    Nous avons passé quelques jours à Thessalonique, à arpenter les rues, faire du tourisme, visiter.

    Nous nous sommes notamment rendus au musée archéologique national, ainsi qu’au musée de la culture byzantine. Les deux étaient très intéressants, avec de très beaux tableaux, des mosaïques antiques, des statues et des colonnes, des poteries anciennes, des bijoux vieux de 2500 ans…Un petit régal !

    Nous avons également testé quelques petits restaurants typiquement grecs : c'est bon, pas trop cher, mais c'est très lourd pour l'estomac quand on n'est pas habitué. Les Grecs utilisent énormément d'huile d'olive, dans une moyenne de 40 litres par an et par habitant...Plutôt impressionnant!

    Nous avons essayé beaucoup de choses, de la pitta toute simple aux feuilles de vigne farcies, des calamars frits à la moussaka...Le nourriture grecque est vraiment très flatteuse pour le palais!

    Et bien sûr, soucieux que nous sommes d'adopter les coutumes locales, nous nous sommes lancés à la découverte de l'Ouzo...délicieux...si on aime l'anisade bien sûr! C'est très agréable de siroter cela à une terrasse ou sur un balcon, sauf par temps de pluie à Thessalonique! Heureusement, nous avons tout de même eu un jour ou deux de soleil.

    Nous avons aussi consacré une partie de notre temps aux formalités d’inscription et d’enregistrement auprès de ma nouvelle fac, mais c’est une autre histoire…que je vous raconterai dans la partie concernant Erasmus !

    Arrivée à Matsi..

    Jeudi 8 Janvier 2009


    En sortant de l’hôtel Orestias, au centre ville, nous nous sommes dirigés  grâce à Madame GPS vers la résidence universitaire Matsi.

    Nous sommes arrivés avec tous nos bagages en même temps que deux autres Français originaires du Mans, Vincent et Olfa, juristes eux aussi.

    En nous remettant nos clefs, le gardien, pas affable pour deux sous, nous a énoncé les deux sacro-saints commandements de la résidence, avec un accent à couper au couteau : « no visitors overnight, no parties »…

    J’ai souri en moi-même, en me disant que c’était bien mal parti, dans la mesure où mon copain était supposé dormir avec moi dès le soir même, et jusqu’à son départ le dimanche suivant ! Quant aux fêtes...n'est-ce pas un synonyme d'Erasmus? Soyons honnêtes!

    Cependant, mon sourire intérieur s’est instantanément évanoui quand j’ai vu la tête de ma chambre…Je n'avais pas prévu de faire Prison Break... Certes, je m’attendais à une toute petite chambre, mais celle-ci faisait au plus 6m²…Cependant, cela n’était pas le pire. Elle était certes spartiate mais vivable si on ne prévoyait pas d’y passer trop de temps.

    Le problème était davantage situé au niveau de la salle de bains. Les Grecs ont apparemment le monopole du 2 en 1. Description, photos à l’appui (à venir).

    En fait, la douche est inexistante, le flexible de douche est branché sur le robinet du lavabo, et l'eau de la douche tombe à même le sol. Il y a un trou d'évacuation. Mais de ce fait, dès que l’on envisage de faire ses ablutions quotidiennes, on arrose allègrement tout ce qui se trouve autour : toilettes, armoire à glace... Gare si on a eu le malheur d’oublier sa serviette ou son rouleau de PQ dans la salle de bains !

    En outre, les travaux de plomberie laissent un peu à désirer. Quand on veut de l’eau chaude, qu’on ne peut d’ailleurs obtenir qu’à certaines heures, il faut mettre le mitigeur sur la position « froid »…Cherchez l’erreur !

    Le dernier problème concerne la porte de la salle de bains. Elle a apparemment été changée, mais je pense que même un manchot aurait pu la poser de manière moins aléatoire. Il y a un grand espace entre le bas de la porte et le sol, ce qui fait que l’eau peut couler dans la chambre et former une jolie grosse flaque…Alors sachant que l’on n’avait qu’une seule serviette par personne, et que l’on voyage rarement en avion avec une serpillière dans sa valise…il ne reste plus qu’à espérer que l’eau va sécher vite !

    Dès lors, j’ai pris la ferme décision de faire des pieds et des mains pour changer de chambre, voire de chercher des colocataires si on n’accédait pas à ma requête.

    Autre point délicat : faire dormir mon copain dans ma chambre. Nous avons tenté le coup, car nous avions eu une information selon laquelle le gardien, surnommé Mister Happy par de nombreuses générations d’étudiants Erasmus, arrivait à 9h le matin. Il suffisait en ce cas de s’en aller juste avant pour ne pas se faire pincer.

    Mais le lendemain matin, ô surprise : il était là dès 7h, la clope au bec, faisant du bruit devant ma chambre, malheureusement située juste à côté de son bureau…

    Nous étions coincés !!!

    On a fait tout le tour de la résidence par le balcon, escaladé des rambardes, fait de l’équilibrisme pour trouver une sortie, mais c’était impossible !

    On aurait pu passer par le balcon tout au fond, pour descendre contre une barrière, mais ils ont prévu le coup, et ont entouré le balcon d’un genre de barbelé tranchant, qui empêchent toute évasion comme toute intrusion !

    Damned ! Pour sortir, il fallait obligatoirement passer devant son bureau…De quoi se faire arracher les yeux par ce Cerbère, dès la première nuit ici !

    Alors nous sommes restés collés à la porte, et dès que nous avons entendu ses pas s’éloigner, nous avons filé hors de ma chambre comme des voleurs…

    Rétrospectivement, ça peut paraître amusant de jouer aux amants clandestins, ou aux petits lycéens qui font des cachotteries au nez et à la barbe des surveillants…mais quand on a l’habitude de fixer soi-même les règles, que l’on vit seul depuis longtemps, on supporte assez mal de devoir respecter des commandements imposés par une autorité pas vraiment ressentie comme légitime. Plus de visiteurs après 20h… ? Cela semble vraiment absurde. Nous louons nos chambres (très cher vu leur état), et nous ne pouvons pas nous comporter comme des locataires ordinaires.

    Attention…sous mon apparence bien policée, quelques anciennes vapeurs de rébellion semblent me monter au nez… ^^

    Entre autres péripéties avec Mr Happy… De toutes façons, il m’a été profondément antipathique dès le premier regard.

    Vendredi 9 Janvier 2009

    Nous nous sommes rendus, après quelques recherches, au bureau Erasmus dans le « administration building »…Nous avons été reçus par une dame qui m’a tout expliqué très vite, et il était difficile de tout saisir !

    Je me suis retrouvée avec un plan et des feuilles pour aller à droite à gauche…mon dieu que j’ai horreur de la paperasse et des démarches compliquées…

    Après quelques recherches hasardeuses, nous avons fini par trouver l’antre du secrétariat de droit, auprès duquel j’ai dû encore remplir des papiers…

    Cette description de mes errances administratives me procurant un profond ennui, je vais passer à autre chose!

    Samedi ?

    Dimanche 11 Janvier 2009...

    Jour des adieux, ce fut un moment assez difficile...mais pas le choix! Nous nous sommes appelés régulièrement ce jour là. Pas évident de couper le cordon...

    De mon côté, cela s'est assez bien passé (tout est relatif), dans la mesure où les autres étudiants Erasmus étaient là, et que nous sommes tous sortis ensemble, en ville. Avoir de la compagnie met du baume au coeur...(soupir)

     Lundi 12 Janvier 2009

    Il fait encore un temps affreux ici, et je me suis réveillée très tôt ce matin, il faisait si froid. Et puis le gardien est venu…

    Dès 8h30, j’étais au bureau Erasmus pour changer de chambre. J’ai fini par être reçue par Mme K. qui n’a rien voulu savoir. Elle m’a dit que toutes les chambres étaient occupées ou attribuées, et que le seul moyen pour moi de changer de chambre était de trouver quelqu’un qui souhaitait me la céder. Pas évident, mais je savais que plusieurs personnes voulaient prendre un appartement ensemble pour quitter Matsi. J’ai donc attendu les personnes concernées, mais au moment ou je suis venue avec l'une d'entre elles, Sarah,pour obtenir sa chambre, Mme K. m’a dit que la chambre 11 s’était libérée. Great !

    L’après-midi du même jour, j’ai donc déménagé, pour mon plus grand plaisir. Mon antre est toujours très spartiate, la douche n’est guère mieux, mais cette chambre est tout de même un peu plus grande que l’autre. De ce fait, j’ai une commode en plus pour ranger mes affaires.

    En outre, le balcon est plus grand qu’avant, et j’ai une vue plus sympa.

    Je vous propose un tour du propriétaire, en images. Âmes sensibles s'abstenir, car même si cette chambre est mieux, il y a vraiment des choses qui laissent à désirer, comme les joints par exemple. Vous allez comprendre!

    Vous remarquerez tout d'abord que j'ai fait l'effort de faire mon lit et ranger ma chambre avant de prendre les photos!!

    Alors, là, je vais passer à la salle de bain, et vous allez faire connaissance avec le 2 en 1 grec :

    Voici le robinet "mixte":

    Voici le sol de ma salle de bains, et à côté, ma corbeille en plastique, que j'utilise comme seau car il y a tellement peu de pression pour la chasse d'eau que j'ai dû me résoudre à passer en mode "manuel", à l'ancienne...

    Et maintenant, le plus critique: les joints et raccords mal faits, la peinture qui s'écaille...Attention les yeux:

    Ca, c'est le pas de la porte de la salle de bains...quand je vous disais que même un manchot aurait fait du meilleur boulot...^^ Ca fait crade, hein?

    (Et les traces par terre ne sont pas un témoignage de ma négligence! Elles ne s'en vont pas!)

    Autre illustration de la décrépitude du lieu...le dessous du robinet rongé par le calcaire, malgré un traitement de choc au Viakal:

    Et pour cette suite royale tout confort, 225€ pas mois. Honnête, non? Lol

    Cependant, je n'envisage plus de partir de Matsi, car l'ambiance y est vraiment formidable. Cette chambre, pour miteuse qu'elle soit, me conviendra pour les quelques mois que j'aurai à passer ici. Et puis surtout j’ai ici un confort sonore bien meilleur qu'avant: d’une part beaucoup moins d'éclats de voix de la part des gens qui s’arrêtaient pour discuter très fort dans le hall, et d’autre part,  je me suis débarrassée de l’affreux gardien qui fait du bruit et qui fume juste devant ma porte dès le chant du coq !

    Ah ! La Grèce, doux paradis des fumeurs ! Ici, on peut fumer partout, et bien sûr dans les lieux publics…J’ai vu quelqu’un fumer chez le coiffeur, ou encore sur son scooter (presque personne ne porte de casque), dans les magasins, et partout dans la fac : bureaux, couloirs, cafet, resto U…

    En outre, cela reste à vérifier, mais j’ai entendu dire que les profs fumaient durant leur cours, et que certains élèves avaient aussi la clope au bec pendant les rattrapages !

    Totalement aberrant pour nous autres Français, qui avons très vite pris goût au plaisir de respirer un air sain quel que soit le lieu où nous nous trouvons !

    Le dernier refuge salvateur de l’étudiant dissident non fumeur est la bibliothèque, où règne d’ailleurs un silence religieux, que c’est agréable !

    Après avoir mangé entre copines au resto U, nous sommes rentrées vite fait : on voulait profiter du dernier jour de Marie à Kassandrou pour faire une machine. Ils en ont là-bas et pas nous.

    On s’est arrêtés en passant chez Hadrien (photo), toujours en train de faire n'importe quoi, mais très drôle et accueillant...(et doctor ès narguilé, ndlr)

     

    Hadrien a allumé son narguilé pour le partager avec nous. Il s'y consumait un tabac aromatisé à la pomme, pas trop fort et agréable à l’odeur, bien plus que la cigarette. C’est assez sympa à essayer, mais quand on ne fume jamais, ça monte assez vite à la tête. Et puis il ne faut pas trop y prendre goût parce que c’est plus nocif que la cigarette. Ca reste du tabac. Nicotine, dépendance…pas envie. C’était juste par plaisir, une fois comme ça.

    Après la lessive et quelques courses, nous sommes rentrés à Matsi. J’ai terminé de ranger ma piaule, j’ai grignoté un bout, quand un nouvel arrivant, Vincent (au milieu sur la photo) est venu clandestinement dans notre résidence.

    Nous l’avons dépanné car il n’avait nulle part où dormir, il arrivait à l’arrache, et n’avait eu aucune nouvelle pour la piaule qu’il avait demandée dans une autre résidence. Mais Lucie avait un matelas gonflable, Hadrien la plus grande chambre de la résidence : il était logé.

    Nous sommes ensuite tous sortis ensemble.

    Plus tard, une partie d’entre eux a voulu rentrer, et nous autres filles (plus Mikko, un Finlandais) sommes allés dans un bar sympa, avec de la bonne musique, nous avons bu un coup et dansé.

    Voici donc Mikko, un Finlandais plutôt gentil, mais très solitaire, ce qui me fait de la peine. Mais d'un autre côté, il est vraiment extrêmement difficile à comprendre...On n'arrive pas vraiment à saisir ce qu'il dit en anglais, ce qui dresse hélas des barrières entre lui et les autres.

    Valentin (photo ci dessus), un Allemand qui n’avait plus envie de rentrer avec les mecs, est venu nous rejoindre, et nous étions une bonne équipe !

    Mais à la base, nous devions aller en boîte, sur proposition de Bushra, (photo) une co-résidente turque que nous aimons bien.

    Cependant, la boîte était loin, et comme nous étions lundi soir, on ne savait même pas si c’était ouvert. Elle a semblé déçue, mais ça n'est que partie remise, et nous irons une autre fois toutes ensemble. Ca lui fera plaisir !

    A la sortie du bar, nous sommes tous rentrés à pied, pour nous coucher peu après 3h du matin…
    La machine Erasmus se met en marche, l'ambiance devient festive!

    Journée-type bien remplie et festive!

    Mardi 20 Janvier 2009

     Impossible de faire une longue nuit. Je me suis encore réveillée très tôt parce que j’avais froid. Il faut absolument demander au gardien de nous filer une couverture en plus, les nuits sont fraîches.

    Une de nos co-résidentes en a demandé une au gardien, qui l’a envoyée balader de façon assez odieuse. Il lui a répondu que lui n’avait pas froid et qu’il n’utilisait qu’une seule couverture. Que, de plus, elle était jeune, que son sang et son cœur étaient ok, et que par conséquent elle n’aurait pas de couverture. Ignoble.

    (Finalement, la vieille dame qui vit dans la résidence lui en a donné une. On ne sait pas si c'est cette dame qui a bon coeur, ou si c'est Mr Happy qui, pris de remords, a change d'avis...)

    Certains pensent que le gardien n’est pas si méchant que ça. Personnellement, j’en doute…Il râle tout le temps, fait parfois le pied de grue en bas pour vérifier qu’on n’a pas de « visitors overnight », refuse des couvertures à quelqu’un qui a froid (alors qu’il y en a dans les placards !)...Cela me semble contre-nature.

    bref il se prend un peu pour un surveillant d’internat, mais avec des gens qui sont des adultes…Ca n'est absolument pas facile à accepter.

    Je n’ai personnellement jamais vu sourire Mr Happy...

    (soupir désespéré!)

    J'ai réussi à prendre une photo de mister Happy...Elle n'est pas très bonne, mais je voulais rester discrète., car il aurait été encore capable de râler. Mais ce cliché est assez éloquent! Voyez plutôt:

    Bref, en début d'après midi, j'ai pris le bus pour aller aider Marie (avec moi sur la photo) à déménager de Kassandrou.

     Elle occupait une affreuse chambre double. Le chambre en elle-même était grande, il y avait un vrai bac à douche avec un rideau de douche: le luxe ultime en cette terre hostile! ^^, mais elle était si enfoncée, si mal située que la lumière ne pouvait pas pénétrer dans la chambre. Une abomination. Même à 14h, on avait l'impression qu'il faisait déjà nuit...
    Je me suis plainte de la chambre 31 que j'avais obtenue initialement à Matsi, mais...je crois que j'aurais encore préféré supporter le bougon enfumé tous les matins, plutôt que de vivre dans ce genre de cave.
    Nous avons fortement mis à contribution nos petits bras musclés pour ramener tous ses bagages dans sa nouvelles chambre à Matsi, en utilisant le bus. Un véritable chemin de croix, car Marie n'est pas connue pour voyager léger! ^^
    Une fois l'installation terminée, nous avons profité, tous ensemble (Lucie, Marie, Olfa, Hadrien, Mikko et moi), d'une belle fin d'après midi pour faire quelques courses en prévision de la pendaison de crémaillère de trois de nos anciennes co-résidentes qui se sont mises en colocation: Sarah, Joanna et Elsa.
    Je me suis également acheté une carte sim grecque, ainsi qu'une recharge, pour communiquer avec les autres, car avec mon portable français, c'est une véritable ruine, j'ai complètement explosé mon forfait en 3 jours, il ne me reste plus un sou dessus!
    Le problème, c'est que cette carte n'a pas l'air de fonctionner formidablement bien. Je passerai chez mon fournisseur Cosmote pour qu'ils me règlent ça. Car là, je suis en mode "isolée", totalement injoignable.
    Après être rentrés de courses, nous nous sommes tous retrouvés au resto universitaire pour manger un morceau avant la soirée. Nous étions un bon paquet: Olfa, Vincent, Marie, Lucie, Mikko, Hadrien, le nouveau Vincent, et moi.
    Nous apprécions beaucoup qu'il y ait un service de restauration étudiants qui soit ouvert assez tard le soir (jusqu'à 20h45), et qui nous fournissent un repas gratuit. On pourrait penser que la nourriture doit y être affreuse, mais en réalité, c'est tout à fait semblable à ce que l'on peut trouver en France, l'assiette de fromage en moins.
    Le petit défaut si l'on peut dire, est que l'entrée et le dessert manquent de variété: toujours une salade de concombres en entrée, et toujours du raisin en dessert. Mais est-ce plus mal?

    A la résidence, on a à peine de quoi cuisiner des pâtes (faute d'ustensiles), on n'achète pas de légumes, qui sont assez chers, donc le RU est vraiment une bonne alternative pour manger de façon plus saine et évider de gonfler comme une baudruche en se gavant de cochonneries. Et puis au moins, on peut y être plus nombreux que dans la cuisine du bas, qui n'est pas énorme.

    Après le repas, nous sommes tous rentrés à Matsi pour chercher les cadeaux, les bouteilles etc, puis repartis en direction de l'appartement où se tenait la pendaison de crémaillère.

    L'appart est super, ça donne vraiment envie! Il est immense, dans les 100m². Et bien propre, bien carrelé, pas de rafistolages douteux comme à Matsi...Impeccable! Elles sont en plein centre, pas loin de Kassandrou.
    Leur salle de bain en particulier, fait très envie...Une baignoire!! Les nouvelles locataires, aimables et conscientes des conditions dans lesquelles nous nous lavons à Matsi, nous ont conviées à venir prendre un bain quand nous le souhaitions...Quelle bonté de vouloir nous faire renaître aux délices de la modernité...^^
    Sinon, la fête était très bien, nos hôtesses étaient présentes et attentives, leur petit tzatziki maison était un ravissement...

    (Photos à venir)

    Et l'avantage des soirées Erasmus, surtout au début, est que personne ne se connaît très bien. Les étudiants sont souvent venus seuls, à quelques exceptions près.
    Le fait de ne connaître personne oblige à faire un pas vers l'autre, à s'intéresser, à s'amuser, boire et rire avec tout le monde, dans toute les langues. Erasmus est véritablement une invention formidable!

    D'autres personnes qui sont également parties de Matsi pour se mettre en colocation étaient présentes, notamment un Hollandais adorable, surnommé Mike à cause de son nom imprononçable (et que je me risquerais pas à écrire ici, doutant de l'orthographe!). Tout le monde l'apprécie beaucoup pour sa gentillesse, sa patience et son sourire.

     (Je viens d'apprendre l'orthographe de son nom, qui est Sjoerd. Prononcez "Chouhite", et surtout, ne me demandez pas pourquoi!)

    J'ai retrouvé là-bas Santa, une jeune étudiante originaire de Lettonie, qui avait fait la queue avec moi au bureau Erasmus la veille, ainsi que Maria, une très gentille Slovaque croisée quelques jours auparavant, et avec qui j'ai longuement longuement discuté...
    Voici Santa (prononcez Tsenta):

    Et voici Maria, en rose au premier plan:

     Cependant, je suis obligée de mentionner un détail terrible à son propos, car en tant que Française, il serait criminel de ne pas le souligner...car Maria a commis le sacrilège ultime:
    Elle a acheté un vin rouge, qui, sans être un grand cru classé, n'en était pas moins agréable, mais elle l'a mélangé avec du coca. Je pense que principalement des Français liront mon blog, donc : oui, vous avec bien lu, mes amis, du COCA COLA...
    J'ai goûté pour ne pas mourir idiote, et ça n'est pas le plus mauvais breuvage qui ait jamais existé, mais...comme toute Française qui se respecte...je ne peux pas cautionner cela! Vous me comprenez sans doute! ^^


    A la limite, je n'aurais rien dit s'il s'était agi de Malamatina:

    C'est un vin grec absolument immonde, vendu dans des bouteilles encapsulées, dont le goût se situe à mi-chemin entre de la pisse de chameau et de la lessive coupée au vinaigre...Et j'ose affirmer que même le Raisin d'or, qui est une piquette infâme, est moins mauvais que le Malamatina.

    Mais je m'enflamme : revenons à la fête.

    Tout s'est donc passé de façon formidable, joyeuse, conviviale et un peu fofolle jusqu'à une heure avancée de la nuit. C'est vraiment cool d'oser aller parler à tout le monde, de trinquer, de parler dans toutes les langues.

     

    (Maria, Moi, Marie et Amandine)

     (Martin (Allemand), Vincent (Français), Joseph (Slovaque) et Skander (Français))
    Je commence vraiment à aimer cet endroit!

    La team parisienne

    Un Semestre en Grèce live !  La suite ici (Février)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :